Conférence de presse sur le camp des déplacés de Senou

Par Djénébou Sidibé

Thème : Conditions de vie des personnes déplacées internes au Mali (PDI), enjeux sociopolitiques, et propositions de solutions.

Depuis l’année 2018, les mouvements des populations se font suite aux multiples incidents dans les régions nord du Mali.  

Comme facteur explicatif de la forte présence des PDI (Personnes Déplacées Internes) dans le district de Bamako, les régions de Mopti, Ségou, Sikasso, Bougouni, et Koulikoro, nous pouvons parler des multiples incidents sécuritaires, conjugués aux attaques de groupes armés, aux conflits intercommunautaires et aux banditismes qui sévissent dans les cercles de Bankass, Bandiagara, Koro et Douentza, Djenne, Tenenkou, Macina etc. Ces zones d’accueil sont devenus à la fois un territoire d’hébergement de PDI fuyant des zones secouées par les atrocités. 

L’afflux important et continuel des PDI dans ces régions a grandement contribué à l’accroissement de la vulnérabilité́ des communautés hôtes, en raison de l’augmentation de la taille des ménages :

  • Les personnes déplacées ne peuvent avoir accès à une prise en charge sanitaire du fait de l’absence de ressources financières.
  • Une mauvaise gestion des moyens mis à leur disposition. 

Telle était des thématiques abordés à la conférence de presse organisée par la comité de gestion du camps des déplacés interne de Senou

Pendant la conférence les différentes propositions de solution données par les conférenciers étaient les suivantes : 

  • Recensement et prise en charge de la scolarité et dotation en kits pour les enfants déplacés.
  • La mise en place d’un soutien scolaire pour les élèves en difficultés : problème de langues, soutien aux handicapés, etc…
  • Mise à disposition des relais de santés dans les camps.
  • Mise en place d’un suivi médical.
  • Création d’espace de jeu pour enfants.
  • Sorties pédagogiques et de loisirs pour les enfants déplacés.
  • Formation en AGR (activités génératrices de revenus) et dotation en kits
  • Accompagnement psychologique des enfant et  des femmes veuves, blessées.
  • Impliquer les déplacés dans la préparation de leur retour et leur réinsertion social. 
  • Recenser les villages détruits et faire une estimation des biens et du bétail emporté et prévoir un dédommagement.
  • Créer une base de donnée fiable des PDI.
  • Octroi de pièce d’identité et acte de naissance aux DPI.
  • Amélioration des conditions d’hébergement des DPI. 
  • Diligenter la justice pour bannir à jamais ces crimes.

Djénèbou SIDIBE